Les allergies saisonnières

-A +A

Rappel de la pathologie

En cas d'allergie, le système immunitaire reconnaît des facteurs environnementaux comme étant étrangers et tente de les éliminer.

Le mécanisme de la réaction allergique se fait en 2 temps :

La phase de sensibilisation où les IgE spécifiques à l'allergène (ou antigène) sont produits par les lymphocytes B et se fixent à la surface des mastocytes et des polynucléaires.

La réaction allergique se produit lorsque l'antigène se fixe sur les IgE (produites précédemment) à la surface des cellules ce qui entraîne la libération de l'histamine. Les symptômes sont variés (atteinte cutanées, respiratoires, oculaires...) et s'associent entre eux. Cette réaction allergique peut avoir lieu dès le deuxième contact avec l'allergène.

Il faut consulter un médecin en cas de gêne respiratoire, d'oedème généralisé, de gonflement de la gorge ou de la langue, de piqûres en grande quantité sur le visage ou sur les parties génitales.

 

Le rhume des foins ou rhinite allergique

C'est une inflammation de la muqueuse nasale avec des éternuements en salve, un écoulement abondant et clair (pouvant devenir purulent à la longue), une obstruction nasale et un prurit des narines.Il peut ausi y avoir des picotements de la gorge ou des yeux, des troubles olfactifs et des maux de tête. Le début est brutal. La durée des symptômes est brève (3 à 6 heures le plus souvent) sauf si l'exposition à l'allergène persiste.

Les allergènes sont soit saisonniers (pollens transportés par le vent) soit toute l'année comme les allergènes domestiques (moisissures, poils d'animaux, acariens...) ou les allergènes alimentaires (poisson, oeufs, fraises et fruits exotiques, lait, noix, cacahuètes, farine...).

Le traitement :

Le traitement local est indispensable : l'hygiène quotidienne de la muqueuse nasale à l'aide de sérum physiologique ou d'eau de mer élimine de façon mécanique les allergènes présents sur la muqueuse nasale. Un traitement anti-allergique local qui diminue les symptômes peut aussi être proposé.

Le traitement par voie orale :

-les médicaments anti-histaminiques (anti-H1). Ils peuvent être utilisés comme traitement préventif . Ils diminuent l'écoulement nasal, les larmoiements, les éternuements et les démangeaisons des muqueuses nasales. Attention, ils sont contre-indiqués dans certains cas.

-Les médicaments vasoconstricteurs décongestionnent et débouchent le nez. Ils sont à utiliser avec précaution au vu de leurs nombreuses contre-indications et de leurs effets indésirables.

-Le traitement homéopathique a toute sa place.

- Eviter les allergènes!
 

En cas de rhinite perannuelle :

-éviter la présence d'animaux domestiques, les moquettes et les tentures murales.

-aspirer régulièrement les locaux d'habitation

-lutter contre les acariens de la literie et de l'habitat en pulvérisant un spray anti-acariens

-envelopper les oreillers et les matelas dans des housses antiacariens

-se laver les mains et se moucher souvent

-éviter de sécher le linge dehors

-couper l'herbe régulièrement en portant un masque

-éviter de fumer, cela irrite les muqueuses et les rend beaucoup plus sensibles aux allergènes

 

Conjonctivite allergique

C'est une inflammation caractérisée par un oeil rouge, non douloureux avec des démangeaisons importantes voire une sensation de corps étranger. Il peut y avoir un gonflement des paupières. Elle est souvent associée à une rhinite allergique.

Elle se différencie de la conjonctivite infectieuse en étant toujours bilatérale avec un larmoiement clair, une rougeur modérée et une absence systématique de fièvre et d'altération de l'acuité visuelle.
 

Le traitement : traiter les 2 yeux et se laver les mains avant le traitement

-Lavage oculaire : 3 à 4 fois par jour avec une solution unidose spécifique pour les yeux ou du sérum physiologique. Cela permet d'enlever les cellules favorisant la réaction allergique et les allergènes et de préparer l'oeil pour le collyre antiallergique.

-Collyre antiallergique : attendre 15 minutes entre le lavage et l'instillation du collyre.

Il existe 3 grandes catégories de collyre. Certains ne s'utilisent pas chez l'enfant de moins de 4 ans.

-Eviter de porter des lentilles, elles empêchent l'évacuation des allergènes

-Ne pas se frotter les yeux en cas de démangeaisons mais utiliser un collyre

 

Piqûres d'insecte

Elles correspondent à une papule enflammée centrée autour du point de piqûre avec démangeaisons voire douleurs.

Piqûres de moustique : papules asymétriques et qui provoquent des démangeaisons importantes

Piqûres de puces : papules regroupées par 3 ou 4 sur une ligne avec démangeaisons très importantes. Les chiens, les chats mais aussi les pigeons en sont porteurs. Elles peuvent survivre plusieurs mois dans un plancher.

Piqûres d'aoûtats : papules très violacées avec démangeaisons très importantes situées au niveau des élastiques des vêtements. Les aoûtats sont des larves d'acariens présentes dans les broussailles en fin d'été (d'où leur nom).

Morsures d'araignées : papules ou bulles avec oedème et rougeurs et surtout avec une vive douleur plutôt que des démangeaisons.

Traitements locaux :

-désinfecter avec un antiseptique incolore (héxamidine ou chlorhexidine) pour éviter une surinfection.

-appliquer une crème adaptée aux symptômes qui va diminuer les démangeaisons et diminuer la douleur (crème antihistaminique, crème anesthésique, corticoïde local,...)

 

Traitement par voie orale si besoin : traitement anti-histaminique.

Traitement préventif : diffusion d'huiles essentielles dans les chambres (attention à l'âge des enfants) , produits répulsifs (DEET, Icaridine).

Morsures de tiques : la tique est accrochée. Il faut la retirer avec un petit instrument appelé "tire-tique" pour éviter d'écraser l'abdomen et ainsi éviter qu'elle ne régurgite (risque de transmission de la maladie de Lyme). Il ne faut pas l'endormir au préalable avec de l'éther car cela peut également la faire régurgiter. Bien désinfecter l'endroit de la morsure. Demander l'avis du médecin qui dans certains cas pourra mettre en place un traitement antibiotique.

 

Lucite estivale

C'est une allergie cutanée liée au soleil qui se caractérise par de vives démangeaisons accompagnées de petites tâches rouges plus ou moins saillantes (comme de l'urticaire) ou de toutes petites cloques. Elles se localisent sur les parties découvertes du corps (décolleté, bras, jambes, dos des mains et des pieds) mais épargnent le visage.

Elle est due aux UVA et touche 10% de la population dont 90% de femmes. Elle peut apparaître dès le deuxième jour d'exposition et s'estompe en une dizaine de jours pendant lesquels l'exposition au soleil est à bannir. Les récidives les années suivantes sont très fréquentes et sont en général plus sévères.

Traitement :

-traitements locaux : crème anti-démangeaisons + crème hydratante ou après-solaire

-traitement par voie orale : anti-histaminique

-traitement préventif : le ß-carotène et les lycopènes de tomates permettraient d'améliorer la tolérance au soleil mais ne protège pas des coups de soleil, choisir une bonne protection solaire (attention choisir son filtre solaire en fonction de son efficacité anti-UVA) et s'exposer progressivement au soleil (30 minutes les premières fois).